Mercedes


Nous abandonnons la province d'Entre Rios pour celle de Corrientes. Nous rejoignons Mercedes comme étape "dodo" avant de prendre la route pour la réserve de Los Esteros del Iberà. C'est sans compter sur une nouvelle rencontre avec Michelle et Michel et un autre couple de Rhône-Alpins en voyage.

Arrivés à Mercedes, nous décidons d'aller dormir à la chapelle Sainte-Rita comme d'autres voyageurs avant nous. Mais, bien que l'endroit soit très joli, il est trop près de la route pour nous et nous nous dirigeons vers le cimetière un peu plus loin en nous isolant de la route.

Le lendemain matin, alors que nous allions partir vers Los Esteros del Iberà, nous voyons le camping-car de Michelle et Michel et décidons de leur faire un petit coucou avant de partir.

Ils nous informent qu'il y a une Feria Gaucho toute la journée. Nous décidons de rester un jour de plus et de participer à cette fête annuelle qui dure en réalité 4 jours : prix agricole, chant, danse, ...

Des animaux ...


et ...


des Zoms


Il y a des intrus : on vous laisse chercher !


Un peu de culture


Le Chamamé : C'est une danse et un genre musical qui sont nés en Mésopotamie argentine. On l'appelle aussi polka argentine. Le Chamamé est né du mélange de musiques d'accordéon apportées par les immigrants et des rythmes subtropicaux indigènes. C'est très entrainant et facile à danser.

Cette musique est attachée à la tradition Gaucho.

Un bivouac improbable : 3 familles Rhône-alpines

Los Esteros del Iberà

( du 14 au 16 septembre 2015)


C'est une réserve naturelle de plus de 13000km² constituée de marécages subtropicaux. C'est lune des plus grandes zones protégées d'Argentine. En Guarani, le mot Iberà signifie "eau brillante". Pour admirer cette réserve et la faune qui l'habite, il faut rejoindre le village de Colonia Peligrini qui se trouve à 120 km au Nord-Est de Mercedes. On y accède par une" route" qui commence par 40 km de goudron, puis 80 km de ripio.  Il nous a fallu 4H30 pour les parcourir. Sur les derniers 40 km nous avons vu beaucoup d'animaux car la nuit tombait .

La route


Pause technique : le frein à main n'arrêtait pas de sonner... vive l'électronique !
Pause technique : le frein à main n'arrêtait pas de sonner... vive l'électronique !
Des vaches, des nuages de chaleur et de poussière rouge...
Des vaches, des nuages de chaleur et de poussière rouge...

La Faune rencontrée sur la route.


La cerise sur le gâteau


Nous avons dormi au camping municipal et le matin nous sommes partis en "lancha" pour une promenade de 2H sur la lagune. Nous avons pris celle de 9h (la première) et nous étions seuls dans la barque avec le guide : royal.

La promenade en barque


L'environnement


Les oiseaux


Le Yacaré


Il existe deux races de Yacaré : le negro et l'ovejo. Vous avez les deux ci-dessous.

Le Yacaré n'est pas un prédateur pour l'homme car sa gueule est trop petite.

Il pond entre 40 et 80 oeufs mais 80% des petits meurent avant la fin de la 1ère semaine car ils sont mangés par les oiseaux principalement. Un Yacaré grandit en moyenne d'un centimètre par an.

Le Carpincho


Premiers papillons


Un Piranha


Le maître d'école prend le relai (la maîtresse a craqué !)


L'après-midi, nous avons pris les vélos et nous sommes promenés autour de la lagune. Nous avons posé les vélos au centre des visiteurs et avons pris les sentiers piétonniers pour découvrir un peu plus la faune et la flore.

La lagune fait 15000m² et seulement 2% sont accessibles aux touristes. Elle est alimentée par les eaux du Paranà qui se déversent très lentement à travers les marais pour rejoindre les eaux du Rio Corrientes. La vie s'est développée du fait de la lenteur de l'écoulement. Des îles flottantes se sont développées également.

Hadrien : Maman, l'école avec toi c'est bien car on n'a pas sport !
Hadrien : Maman, l'école avec toi c'est bien car on n'a pas sport !

Et c'est le départ pour la suite de nos aventures...

Le camping-car sous le portique d'entrée du camping
Le camping-car sous le portique d'entrée du camping

Nous sommes rentrés de nuit dans le camping et le gars nous a dit que cela passait. C'est passé !!!


Nous avons pris la direction de la province de Misiones par un autre chemin : pour faire 130Km, nous avons mis 5h00.

60 km de sable : 3heures

70 km de terre avec un peu de tôle ondulée : 2H.


Au bout de 50km de sable qu'il a maîtrisé parfaitement, Philippe très en confiance dit à Hadrien : " viens conduire avec papa".

Au bout de quelques mètres, le camping-car n'avance plus. Eh oui, Philippe, déconcentré, n'a pas vu le beau pâté de sable ... et nous voilà ensablé.

Nous voilà donc parti chacun de notre côté avec la pelle et le râteau des enfants (la nôtre était moins accessible) pour dégager les roues du camping-car et poser les plaques de désensablage. Après deux essais, nous voici sortis d'affaire.


Avant...
Avant...
... Après
... Après